Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 02:42

 

 

Note : Vous pouvez évaluer la fréquence vibratoire de votre prénom (affirmation de soi) et de patronyme ou votre nom de famille (place dans la communauté ou la société) à partir de l’étude qui suit.  Il suffit de retenir les lettres qui leur correspondent et de faire une pondération.  Vous y trouverez des clés étranges expliquant votre destin antérieur dans cette présente vie.   

LES CONSONNES : Lettres de l’alphabet traduisant un son du langage caractérisé par la présence d’un obstacle dans le conduit vocal utilisé avec une voyelle pour former la marge d’une syllabe articulée.  Elles sont liées à l’aspect concret de la Manifestation et au nombre quatre.  On les dit densifiantes et viriles et on les situe dans la ligne de pensée groupe – corps – consonnes – carrés.

LES VOYELLES : En spiritualité, la voyelle est considérée comme un élément féminin et maternel du langage associé à Dieu, à l’âme, au point et au cercle.  Ainsi, le «a», figuré par l’ouverture des bras à quatre-vingt-dix degrés, retenu par un trait limitatif, évoque une disponibilité à écouter le monde sans le déformer.  Il désigne la Porte béante de la vie confinée dans une certaine limite.  On le relie à l’abnégation, à l’accord de la confiance, au commencement et au tâtonnement, à l’émerveillement qui prépare à l’incarnation et à l’entrée dans le monde terrestre.  Il sert à maintenir l’individualité dans des limites raisonnables.  Pour sa part, le «e»marque un arrêt au niveau de l’ouverture, comme ce qui a commencé était voué à l’anéantissement.  On l’associe à la dépendance de l’enfance qui implique une limitation de l’autonomie et de la liberté provoquée, sur les trois plans, par l’autorité extérieure.  Il force l’éveil de l’attention.  Quant au «i», on l’associe à la pointe des plantes qui percent au printemps et à la vitalité de la jeunesse.  Son du cœur et de ses émois, il évoque l’adolescence avec ses propos incisifs et tranchés et ses gestes parfois excessifs.  Il marque la parole directe, l’acte rigoureux, mais impulsif, fondé sur l’affirmation de soi.  Il témoigne de la ligne droite qui donne une force maximale.  Il façonne l’idéal de donner sa vie pour le bien et la justice.  Vient le «o», caractérisé par les volutes qui permettent d‘embrasser et d’arrondir les angles, amenant à devenir accueillant et compréhensif.  Et tout se termine dans le «u» qui sert de couloir d’une transition vers le haut et qui prépare au voyage final vers l’inconnu.  Angoissant, quand il n’est pas purement mystérieux et terrifiant, il amène à se libérer de ce qui retient indument et qui empêche de s’élever ou de découvrir davantage, après avoir exploré le comble de la limite dans le monde inférieur.  Selon qu’il est prononcé «u» ou bien «ou», on l’associe à la phase qui va de la maturité à la vieillesse.

Aa: Principe de vie, source de lumière, principe du souffle, action, autorité, raison, direction.  Lettre liée au nombre 1, d’où elle prend le sens de Principe d’unité, d’inspiration divine, de début ou de nouveau commencement, d’enfantement, de recherche.  Elle exprime l’énergie que la Création met en œuvre pour organiser la masse informe (le Néant ou le Chaos primordial).  Il devient souvent l’attribut même de Dieu.  Hiéroglyphe de la tête cornue d’un animal.

AL : Son relié au Soleil et à la hauteur.

AN : Son relié à la spiritualité et à l’intensité.

ANA : Sons reliés à un mouvement de bas en haut exprimant le retour à la vie.

Bb: Intelligence du cœur inspirant la dévotion, la générosité accueillante, l’acceptation.  Réceptivité, sentimentalité, réserve.  Plénitude, abondance, accueil, respect, bonheur, fécondation, impulsion, production, réflexion nécessaire à la création.  Lettre liée au nombre 2 évoquant le Principe de la dualité, ce qui contient, ce qui est caché, ce qui assure la continuité de la Création, au quotidien, sans trop d’états d’âme, mais dans le souci de la beauté.  Elle réfère à un être bon vivant, ancré dans la matérialité, mais fécond et productif.  Liée à l’inertie, au sens de passivité du principe vital.  Évoque le fils ou la fille obéissante.  Hiéroglyphe des mamelles, des lèvres fermées ou d’une maison.

BH : Succession de consonnes reliées à l’abondance.

BL : Succession de consonnes reliées à la fragilité du pouvoir (royal), à la fugacité de la vie, à l’inquiétude face à la nature changeante, à la force physique, au déséquilibre enfantant la vie.  État chancelant, balbutiement, entrave, hésitation.  Lancer.

BN : Succession de consonnes reliées à l’autorité et à la bonté.

BR : Succession de consonnes reliées au bouillonnement, à l’abondance, à l’éloquence, à la pureté du germe, à la vigueur, à la puissance permettant de porter les projets et de s’élever.  Force et accomplissement.  Briser : force brute qui semble sans limite, force agressive ou violente qui protège ou brise le guerrier.

BS : Succession de consonnes reliées à l’ouverture, à l’épreuve, à l’éloignement, à l’absence d’initiation, de l’énergie à canaliser.

BT : Succession de consonnes reliées à l’ouverture de la réceptivité, au battage.

BV : Succession de consonnes reliées à la dualité créatrice (polarisation), à la fécondation, à l’acceptation.

Cc: Expression, différenciation, cassure, ouverture.  Principe de sagesse et de connaissance.  Éclat, gloire, maîtrise de l’espace.  Beauté, creux et rondeur, force reçue, intuition.  Intention, écoute, délicatesse, amabilité, courtoisie.  Hiéroglyphe du demi-cercle ou du croissant.  Dans certains cas, par sa sonorité, cette lettre doit plutôt être rapprochée du G, du K ou du Q.

CC : Voir à SS.

CH : Voir à SS.

Dd: Consonne de la croissance.  Exigence, fécondité, enracinement, solidité, construction, possession, hédonisme, paradis.  Réservoir de vie.  Don, épreuve, développement, efficacité, durée.  Structure de l’espace-temps dans l’effort, l’épreuve et l’ouverture, structure qui protège la vie.  Idée de destin et de limites, loi divine et morale, matérialisation, existence terrestre.  Distribue et destine à quelque chose.  Lettre de fondation, de nourriture, de matérialité, matrice terrestre qui ordonne par sa force d’exécution.

DBR : Succession de consonnes reliées à la parole, à l’éloquence.

DH : Succession de consonnes reliées à l’abondance.

DL : Succession de consonnes reliées à la séparation et à la féminité.

DM : Succession de consonnes reliées à la stabilité de la matière, au poids de la réalité.

DN : Succession de consonnes reliées au dynamisme, à la hauteur, au don, à l’abondance.  Présence de la Grande Déesse-Mère, mère des dieux et des arts, à la fois sombre et lumineuse, terrestre et céleste.

DR : Succession de consonnes reliées au don, à la solidité et à la fermeté qui s’allient pour former l’idée de fidélité.

DSR : Succession de consonnes reliées à l’appétence et au désir.

DV : Succession de consonnes reliées à la dualité, à la division, à l’opposition, à la décomposition.

D…V… : Le principe qui brille et consume.

Ee: Voyelle de matérialité, de souffle, d’activité, de mobilité, d’organisation.  Principe ternaire évoquant l’union des trois plans, comme un trident.

EA : Succession de voyelles évoquant une transformation puissante.

E…E… : Succession de voyelles évoquant une puissante énergie dynamique.

EL : Succession de lettre évoquant le Soleil, la hauteur, la lumière.

Ff: Intuition, hésitation, fécondité, croissance, bouillonnement, fortune, adaptation, responsabilité, foi, flux.  Principe de croissance, feu de l’eau, eau et parole qui coulent, paix, abondance.  Lettre complaisante, un peu folle et floue.  Dans certains cas, on doit se référer à B (BH) et à P (PH), des lettres aux prononciations voisines.

FB : Succession de lettres reliées à la croissance heureuse, abondante.  Grande fécondité ou grande production.

FL : Succession de lettres reliées au flux de vie, à l’intelligence du cœur, à un brin de folie ou d’ivresse.

FN : Succession de lettres reliées à l’idée même de l’existence, de ce qui est manifesté, de l’énergie vitale telle qu’elle prend forme, qu’elle s’entend et se voit.

FR : Succession de lettres reliée à la nécessité d’un dépassement.

Gg: Isolement, secret, initiation, ténacité.  Mouvement évoquant l’énergie de départ, la séparation.  Action consciente.  Fertilité vivifiante de l’eau et de la terre humide, la sève qui fait pousser le bourgeon.  Dans certains cas, il faut aller voir à C, K ou Q.

GA : Syllabe qui évoque le point dans l’infini, l’action de l’instantanéité dans l’univers spatio-temporel.  Alliance de deux pouvoirs complémentaires.  Maîtrise à la fois l’origine des temps et son déroulement.

GB : Succession de lettres reliées à la puissance extrême amplifiée ou gonflée.

GL : Succession de lettres reliées au jaillissement, soit au mouvement et à la séparation.

GN : Succession de lettres reliées à la procréation, à la génitalité fertile.  Le feud e la femme.

GR : Succession de lettres reliées à la puissance souterraine, à la force de destruction, à la menace.

GT : Succession de lettres reliées à l’ingéniosité, à la solidité et à la souplesse.

Hh: Échelle entre ciel et terre.  Barrière (autant celle qui clôt la propriété que celle qui fait obstacle sur la voie) à surmonter.  Principe d’organisation.  Ambition, construction, incarnation, obstacle, moisson, abondance. Purification : épreuve libératrice de l’énergie, dépouillement intérieur qui fait grandir.  Hiéroglyphe d’une grille, d’une clôture ou d’une échelle.  Éviter de confondre cette lettre avec le Z, de signification symbolique très rapprochée et également liée au 8.

HM : Succession de lettres reliées à l’homme et à la terre.

HR : Succession de lettres reliées à la renommée, à la gloire, au mystère.

Ii: Voyelle du fil aiguisé.  Elle évoque la lumière, l’étincelle qui peut inspirer.  Il implique la tension, l’émotivité, l’agilité, l’intelligence, la spiritualité.  Principe qui anime, met la matière en mouvement.  Sonorité du rire, du sens de l’humour de celui qui sait prendre du recul.  Recherche de l’unité dans la multiplicité.  Comme le J ne s’est différencié du I qu’au moyen âge, il convient de se référer à cette lettre, comme au Y.

IN : Succession de lettres reliées à la vibration sombre qui n’appelle pas à chercher l’éclat, mais à mener une quête spirituelle intense, une expérience alchimique de transformation intérieure.

Jj: Intelligence, création, comme dans le pouvoir créateur de l’artiste.  Savoir-faire péniblement acquis et fragile.  Relié au nombre 1.  Voir à I et à Y.

JE : Affirmation de soi.  Dialectique du doute et de la connaissance.  Le sujet reconnaît l’objet.

Kk: Inspiration, connaissance intuitive, nervosité.  Creuset où se produit le mélange des forces naturelles, leur fusion.  Le plus haut principe à intégrer.  La Volonté qui vient s’appuyer en un point central au nom de l’unité.  Hiéroglyphe d’une main ouverte, tendue vers le ciel.  Dans certains cas, selon la sonorité, voir à C, G et Q.

KL : Succession de lettres reliées au combat, à l’initiation, à la victoire.  La clef à employer, la barrière à franchir, le voile à soulever.

KR : Succession de lettres reliées à une poussée vers le bas pouvant évoquer un ralentissement.  Vitalité créatrice du son le plus dur du langage articulé.  Alarme, crise, danger, guerre.  Trie, cerne, passe au crible.

KT : Succession de lettres reliées au mouvement de haut en bas, celui du combat, avec possibilité de blessures.

Ll: Invention, analyse, diffusion, gaieté, élan, envol, élévation, élégance, légèreté, séduction, érotisme doux.  Lien et agilité.  Principe divin qui instruit, met en mouvement et en relation.  Lumière incarnée, plan intermédiaire entre le ciel et la terre, limbes fluctuantes d’un univers en mouvement.  Aiguillon qui fait aller, montre le but, enseigne, élève, glorifie.  Créateur, il sépare, délie, libère l’énergie.  L’initié qui commence à marcher par lui-même, avec ténacité, prêt à aller loin et à tolérer beaucoup.  Hiéroglyphe d’une tête de chèvre ou d’une corne.  C’est le son d’un R affaibli.

LD : Succession de lettres reliées à la majesté, à la gaieté, parfois à la bagarre.  Passage d’un obstacle, libération d’une prison, élimination d’une limite, force joyeuse qui annonce l’enfantement ou l’expansion.

LL : Succession de lettre impliquant une énergie exceptionnelle : la totalité de la lumière ou de l’ombre.

L…L… : Succession de lettres reliées à la divinité capable de choisir et de transgresser.

LG : Succession de lettres reliées à l’agilité, à la légèreté, à la science acquise, à la récolte, à l’extraction, à l’élection.  L’intelligence comme processus.

LN : Succession de lettres reliées à la mesure du temps : le jour et la nuit qui se donnent rendez-vous.  Lumière et puissance de la Lune.

LS : Succession de lettres reliées à la flamme joyeuse de la vie.  Elle est si puissante et lumineuse qu’elle inculque le mouvement qui assure la régénération et la résurrection.

LT : Succession de lettres reliées au soulèvement du voile.  Enseigne la voie de la liberté.

LV : Succession de lettres reliées au ruissellement de l’eau qui lave et sépare, détache ou lève.  Laver, délier, couper, payer.  Détachement, dilution de la tâche, affranchissement des liens.  Élévation : renouement avec le haut.

Mm: Lettre de la matrice aquatique : les eaux matricielles, la mère, celle qui donne et reprend, nourriture, manger, aimer, mûrissement, mort.  Image des vagues de la mer.  Travail, construction, matière.  Assise solide et chaleureuse.  Lettre à l’origine de toute manifestation, comme réceptacle de vie.  La certitude matérielle, la réalité du monde et de la nourriture.  L’origine, la force, la grandeur, le passage initiatique, la mort.  Elle définit l’humain.  Synthèse de la Trinité par le 4.  Cette lettre, placée à la fin d’un mot, comme dans AUM, exprime l’accomplissement et la concentration.

MD : Succession de lettres reliées à la maîtrise.  Idée de pouvoir.

ML : Succession de lettres reliées à l’ambiguïté.

MN : Succession de lettres qui raconte l’humain, l’histoire de l’esprit incarné, sa mutation et toutes ses contradictions.  Alliance de la pensée et de l’humanité.

MR : Succession de lettres donnant un indice d’illusion et de mortalité.

MT : Succession de lettres reliées à la mère, à la sagesse, à la folie, à la mort.

Nn: Lettre d’énergie associée au mouvement, à l’intériorité, à l’intelligence, à l’indéfini, à l’incarnation, à la dualité, à la négation.  Conscience de sa faiblesse.  Un équilibre en mouvement, un flux qui monte et qui descend.  La substance primordiale, androgyne, liée au serpent et au poisson.  Goût de l’introspection.  Passivité, repos, latence, inactivité des eaux et de la matière originelle.  Enterrement ou assombrissement.

N…D… : Succession de lettres témoignant du dynamisme, de l’ouverture au don.  Dialogue de l’exigence et de la négation qui amène parfois un blocage énergétique.  Sans être effacé, inclination au mépris et au repos, sur un fond de noblesse.

NG : Ces deux lettres remplacent souvent le Q et le P dans certaines langues.

NT : Succession de lettres reliées à la pureté ou à la netteté.

Oo: Image de l’Œuf cosmique ou du Néant primordial.  Limites d’un univers qui prend peu à peu de l’expansion au gré de la sécurisation de celui qui l’explore.  Exprime ce qui est hors du temps et de la contingence. Signe d’ouverture-fermeture.  Émotions : expérience des ténèbres souterraines.  Image du cycle de la vie (naissance, mort et renaissance ou sublimation) et de la connaissance secrète.  Conscience intime de l’Univers dans sa totalité ou connaissance profonde de l’Univers dans sa totalité.  Hiéroglyphe de l’œil.

OA : Succession de voyelles évoquant la joie, l’espoir, la persévérance.

O…O : Succession de voyelles évoquant une connaissance intime des équilibres du monde.

Pp: Lettre assez cérébrale, stricte et rigide, liée au pouvoir, à l’autorité, notamment à l’énergie du père, et à la parole.  Solitude, pouvoir spirituel, réussite sociale.  En fait, cette lettre évoque autant un pouvoir temporel que spirituel, en révélant l’ambiguïté, la fragilité, même quand il est bien établi.  Prise de position active.  Sens d’être aux côtés de…pour assurer la confiance.  Principe de pureté, maîtrise de l’espace, royauté.  Présence, souffle et parole.  La prospérité devient ordre et plénitude.

PH : Succession de lettres disposant à l’abondance.  Portent la parole divine, le souffle qui libère la parole, mais peut brûler.  Fécondité du Taureau : libère, apporte et manifeste.  Avec le son Ph, proche du F, on incline vers la paix et la plénitude.  Le PH final exprime un mouvement de libération et le terme de l’accomplissement.

PHR : Succession de lettres reliées à la parole, à la fortune, au destin.

PL : Succession de lettres donnant un indice de petitesse ou de légèreté.  Autorité de celui qui décide et ordonne selon son bon plaisir.  Animalité domptée.

PR : Succession de lettres reliées au feu qui surgit du cœur de la terre : l’émotion.  Force productive donnant les nuances de fournir et de porter.

PT : Succession de lettres reliées au pouvoir protecteur et créateur.

Qq: Sagesse, instabilité.  Le tamis : principe qui questionne, juge, trie, passe au crible comme la pierre de touche permet de différencier l’or du vil métal.  Réflexion : on prend le temps d’agir, car on veut savoir où on va.  Voir aux lettres C, G et K, selon la sonorité.

Rr: Lettre du mouvement lui-même, lettre la plus proche du réservoir des énergies ou des forces qui constitue la matière première de l’Univers, mais aussi la plus proche de la menace qui peut peser, pour ainsi dire, sur l’ordre.  Il s’agit du feu qui pénètre, purifie, roule, crée et détruit, de l’énergie qu’il faut apprendre à diriger.  Peut-être même le mouvement rapide du feu et de l’air, mélange de rouge et de noir, évoquant destruction et fécondité, érotisme violent, lumière et ténèbres, ordre et désordre, guerre et loi, règle, répétition, retour, virilité, mouvement rapide.  L’énergie du créateur, de la force vive, de l’ardeur des héros, des gardiens régnants.  Créativité, violence, puissance, commandement, ferveur, émotivité.  Chef, royauté, fermeté.  Hiéroglyphe d’une tête d’homme de profil.

RA : Syllabe de la guerre et de la fondation des lignées.

RG : Succession de lettres reliées à la royauté.

RN : Succession de lettres reliées à la fécondité, à la possibilité de renaissance.  Force souterraine portant un idéal d’élévation et un potentiel de renaissance.  Nécessité de reconnaître ses limites pour mieux progresser.  Ici, l’initiation trouve un point d’ancrage.  Renaissance des cycles.

RS : Succession de lettres reliées au principe, à la royauté, à la puissance, à la prospérité, à la force, notamment associée au principe qui dirige ou disperse l’énergie.  Parfois, nuance de risque.

RT : Succession de lettres évoquant la puissance de la terre, du torrent, de l’extrême chaleur.  L’autorité.

RW : Succession de lettres lançant un appel au respect, voire à la vénération.

Ss: Réserve d’énergie qui donne une vibration hertzienne très puissante dans les aigus.  Principe qui démultiplie l’énergie et la disperse, jaillissement, mouvement giratoire.  L’Énergie qui se dresse, une force à canaliser, l’esprit, l’espoir, la Lune, les influences occultes.  L’Androgyne primordial, comme le serpent qui siffle et s’insinue, souple, silencieux.  Essence de la création : inspiration.  Démultiplie l’énergie, la concentre ou l’harmonise.  Désir, force, oppression, nervosité.  Hiéroglyphe représentant trois arbres évoquant la Grande Déesse sous sa triple forme.

SL : Succession de lettres reliées à la puissance salvatrice ou purificatrice.

SM : Succession de lettres reliées à la réalité et à la prestance.

SP : Succession de lettres évoquant d’abord l’Esprit.  Pointe, observation.

SR : Succession de lettres reliées à la beauté, à la royauté, à la majesté, à l’autorité, à la force, à la séduction.  La force inspirée.

SS, CC,CH : Dans certaines langues, groupes de lettres de consonance approximative, évoquant la Lune, le symbole de la dualité, reliée aux idées de croissance-décroissance, d’ascension-déclin, de bénédiction-malédiction, de la lumière-ténèbres.

ST : Succession de lettres reliées au cœur du mystère.  Soutien, support, sainteté, âme.  L’ensemble des manifestations visibles.  Stabilité majestueuse.

STR : Succession de lettres évoquant une construction stérile, de l’inertie, des obstacles.

SV : Succession de lettres reliées au savoir, à l’identité, à l’affirmation de soi.

SVL : Succession de lettres impliquant la supervision du feu qui couve, de la chaleur qui doit se faire sentir selon le besoin, ni plus ni moins.

Tt: Énergie qui se plante et s’enracine.  Structure du temps, recherche d’équilibre : image de la croix qui est à la fois le symbole de la perfection et du supplice qui sauve.  Élévation, spiritualité, initiation, sacrifice.    Équilibre qui offre un centre et qui libère de l’alternative.  Loi, ordre, vérité, fermeté, équilibre, rigueur, quête spirituelle.  Lettre qui intègre l’énergie et marie les contraires.  Sens de la verticalité : rôle de pôle exprimant un point de fixité et d’assurance.  Hiéroglyphe du tau (croix) ou d’une étoile.

TN : Succession de lettres reliées à une grande autorité.  Stabilité de l’activité intellectuelle qui permet de bine répartir son énergie.  Esprit de mesure, dit raisonnable.

TR : Succession de lettres donnant l’idée de la volonté de surpasser.  Le feu ou la foudre, image de l’intellect, tombe du ciel.  Évoque un phénomène troublant, mais fertile, figurant l’instrument terrifiant de la motivation forcée.

Uu: Lettre de force, évoquant à la fois l’ouverture et la restriction, le balancement, la tension.  Cette lettre a été créée au Moyen-âge pour démarquer un certain son du V, de sonorité sombre et triste.  Elle évoque un creux et l’union.  Recueille et conserve comme un vase, ce qui lui donne cette nuance sombre et lourde.  Alors, voir aussi aux lettres V et W.

Vv: Savoir, évasion, vigueur, fécondité, travail, séparation et conjonction.  La Vitalité primordiale : lettre spiritualisante, de polarité double, évoquant le Principe créateur de la vie.  Elle se rapproche du A inversé et elle est moins matérialiste que le B.  Sève, vitesse, verbe, victoire.  Son hiéroglyphe représente un homme en prière, les bras levés vers le ciel, ou un crochet.  À moins qu’il s’agisse d’une toison ou d’un sexe féminin.  Voilà comment elle obtient la double signification de prière (implorer) ou de crochet (relier).  Intuition, recherche de la vérité et du savoir.  Puissance et stabilité.  Pouvoir de division qui ordonne le Chaos primordial.  Noyau central, pointe dure, appui solide.  Dans quelques langues, il transforme souvent le B, lui conférant un sens de sauveur.  En raison de sa sonorité, voir aux lettres B, F, U et W.

V…D… : La divinité, principe de division.  La lumière qui brille et brûle.  Ordre imprimé au Chaos.

VL : Succession de lettres reliées à la purification et à la libération par l’allègement produit par la lumière.  Appui pour l’envol.

VN : Succession de lettres reliées au désir, au feu et au vin.  Désir vénusien, donc langoureux, l’amour, l’amitié, le plaisir  et la confiance.  Évoque parfois le désir, notamment le désir charnel, ou, plus rarement, le désir contrarié.

VR : Succession de lettres reliées à un esprit créateur réaliste, plein de force et de dynamisme.

VT : Succession de lettres reliées à la vitalité jaillissante, solidement ancrée dans le monde terrestre, prête à toutes les aventures.  Elles reproduisent le son du vent, symbole de l’inspiration du devin.

Ww: Mouvements, inconstance, hauts et bas de la vie.  Principe d’union et de séparation, en mouvements successifs.  Il s’agit de l’énergie physique du M inversé.  Indice de vigueur jusqu’à la violence.  Dans certaines langues, par sa sonorité, il faut parfois se référer au U ou au V.

WR : Succession de lettres évoquant la guerre, la crainte, l’avertissement, le verbe et la vérité.

Xx: Lettre de valeur universelle et mystérieuse évoquant un axe qui fixe à partir d’un point central invariable.  Secret, inconnu, nervosité, exact, excès, existence, sexe et relié au nombre six.  Son hiéroglyphe représente une ligne verticale barrée de deux ou trois lignes horizontales ou un carré découpé en quatre parties par une croix.  Certains le considèrent comme le symbole d’un instrument de musique, ancêtre de la guitare, ou d’un verrou, une hypothèse plus vraisemblable.  Dans certaines langues, par sa sonorité double, il peut être lié au K ou au S (notamment dans les sons KK, SS ou KS)

Yy: Apparaissant comme un V reposant sur un trépied, il évoque le Principe du ternaire.  C’est le signe de la verticalité qui symbolise la Trinité.  Il suggère la voie de la sagesse qui résout les contraires ou réunit les opposés apparents.  Il évoque la connaissance et le pouvoir créateur de l’artiste qui façonne, dessine, trace.  On le dit le signe de l’écriture qui veut exister.  Hiéroglyphe de la baguette du sourcier.  Intuition, connaissance, incertitude, propriété.  Le Y inscrit dans un cercle est devenu le sigle de la paix.  Voir à I et J.

YS : Succession de lettres évoquant la purification et la justice.

YV : Succession de lettres reliées à l’enracinement et à la force physique.

Zz: Principe de mutation qui agit comme le mouvement de la scie.  Éclair, fantaisie, esprit ludique, matérialisme.  Sexualité, guerre, mouvement, initiation, établissement de la justice.  Cette lettre, un N inversé, ce qui le relie au H, prend souvent le son du S emphatique.

© 2010-2014 Bertrand Duhaime (Douraganandâ) Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by AMOUR ET BENEDICTION - dans DEVELOPPEMENT PERSONNEL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : AMOUR ET BENEDICTION
  • AMOUR ET BENEDICTION
  • : REIKI AIDE AU DEVELOPPEMENT PERSONNEL, POUR ATTEINDRE SON BUT, AIDE POUR AMELIORER SA VIE BIEN ËTRE PROSPERITE
  • Contact

Rechercher

Pages